Le Raspberry Pi
À propos de la leçon

Installer un économiseur d’écran

En mode console ou bureau avec Raspbian, une mise en veille automatique de l’écran est configurée après 10 minutes d’inactivité. Seulement cela peut s’avérer assez gênant pour certaines utilisations.

1. En mode desktop

En mode desktop, il convient d’installer un économiseur d’écran pour gérer les paramètres de mise en veille. Pour cela, ouvrez simplement le terminal puis saisissez la commande :

sudo apt-get install xscreensaver

Il vous sera demandé si vous souhaitez continuer. Saisissez « O » pour oui puis valider cette action en appuyant sur Entrée. Le téléchargement de l’application démarre. Une fois terminé, c’est l’installation qui débute. Cela peut prendre plusieurs minutes.

Une fois terminé, vous retrouverez l’économiseur d’écran fraîchement installé en vous rendant dans le menu Préférences > Economiseur d’écran.

2. En mode console

Nous allons éditer le fichier /boot/cmdline.txt. Il est nécessaire d’être précautionneux en éditant ce fichier, car une mauvaise manipulation pourrait compromettre le bon fonctionnement de votre système d’exploitation.
Saisissez la commande suivante dans le terminal :

sudo nano /boot/cmdline.txt

En toute fin de ligne, ajoutez simplement la valeur consoleblank=0, ce qui aura pour effet de supprimer la mise en veille. Enregistrez en suivant les instructions en bas de la console, c’est-à-dire avec CTRL + O

Puis, entrez la commande suivante pour redémarrer le Raspberry Pi :

sudo reboot

Mettre à jour système et logiciels avec Raspbian

Il existe plusieurs commandes pour vous permettre d’effectuer la mise à jour du système. Tout d’abord, pour mettre à jour la liste des paquets de votre système :

sudo apt-get update


Puis pour télécharger et installer les mises à jour relatives à ces paquets :

sudo apt-get upgrade

Et maintenant, pour vérifier que vous possédez bien la dernière version en date de Raspbian :

sudo apt-get dist-upgrade

Contrôler un Raspberry Pi depuis un appareil Android

L’accès à distance à un Raspberry Pi permet de l’utiliser sans être dans la nécessité de le connecter à un écran, ce qui s’avère très pratique dans de nombreuses situations.

Gérer un Raspberry Pi depuis un smartphone, c’est possible ?

Oui, c’est possible et c’est même une méthode assez répandue si l’on en juge le grand nombre d’applications que nous propose le Play Store de Google.

Avant de vous présenter quelques-unes de ces applications et de détailler la marche à suivre pour contrôler votre Raspberry Pi à distance depuis une tablette ou un smartphone sous Android, il convient de préciser que nous utilisons un Raspberry Pi 3 B+ fonctionnant avec la dernière version à jour de Raspbian, il est donc probable que notre méthode ne s’applique pas de la même manière avec un autre modèle de nano-ordinateur ou un système d’exploitation différent.

Enfin, notons également que vous n’aurez ici pas accès à l’environnement de bureau de Raspbian comme cela peut être le cas en prenant le contrôle à distance depuis un ordinateur avec VNC. En règle générale, les applications Android destinées au Raspberry Pi vous permettront de lancer des lignes de commande via le terminal, de surveiller les constantes de votre Raspberry Pi, ses paramètres, ainsi que les données qu’il collecte (Caméra, Sense HAT, température, état du réseau, mémoire utilisée, etc.), ou encore de transférer des fichiers. En somme, avec une bonne prise en main de l’application et du nano-ordinateur, il est possible de réaliser la plupart des tâches comme si vous utilisiez un ordinateur.

1. RaspController

Nous venant tout droit d’Italie, cette application développée par Ettore Gallina permet de gérer de nombreux paramètres sur un Raspberry Pi. Sa configuration ne nécessite que quelques minutes et son .apk est relativement léger. À l’instar de VNC sur un ordinateur, la connexion se fait via le protocole SSH, idéalement sur votre réseau local.

Commencez par installer l’application sur votre smartphone. Nous allons ensuite configurer notre Raspberry Pi afin d’établir la connexion, assurez-vous donc qu’il soit bien connecté à votre réseau local.

Démarrez votre Raspberry Pi, puis lancez la commande suivante dans le terminal :

sudo raspi-config

Rendez-vous dans le menu Interfacing Options > SSH puis sélectionner « Yes » pour valider l’activation du SSH.

Pour continuer la configuration, nous aurons besoin de l’adresse IP de votre Raspberry Pi. Pour la connaitre, il suffit de taper la commande suivante dans le terminal :

ifconfig

Regardez dans le champ wlan0 si vous êtes connecté en Wi-Fi, ou eth0 si vous êtes connecté via un câble Ethernet. Nous pouvons maintenant passer à la configuration de l’application.

RaspController liste les appareils associés sur son écran d’accueil. Pour en ajouter un, cliquez sur le bouton « + » en bas de l’écran. Renseignez les informations qui vous sont alors demandées, le nom du dispositif, son adresse IP, le nom d’utilisateur (« pi » par défaut), ainsi que votre mot de passe.

Une fois connecté, l’interface est plutôt simple : on y trouve notamment un gestionnaire de fichiers, des schémas et des plans des ports GPIO, les informations concernant votre matériel, des outils de contrôle pour les capteurs ou les modules de caméra, le tout en français.

Si vous éprouvez des difficultés pour vous connecter via l’application, la FAQ de RaspController devrait répondre à vos besoins dans la plupart des cas, mais il faudra ici se contenter de la langue de Shakespeare. Notez que RaspController est disponible dans une version payante dont le seul intérêt est de pouvoir se passer des annonces, cependant les quelques publicités que nous avons vues sont loin d’être invasives.

2. RaspManager

RaspManager est une très bonne alternative à RaspController et fonctionne lui aussi grâce au protocole SSH. Nous nous étalerons moins ici sur sa configuration pour la simple raison que la marche à suivre est à peu près identique à ce que nous venons de faire à l’instant et ne devrait pas vous poser de problème particulier.

On peut lui reprocher une interface légèrement moins intuitive qu’avec RaspController et la présence continuelle de publicités pourra en déranger certains. Néanmoins, nous avons ici une application assez bien pensée, l’écran d’accueil « Status » regroupe toutes les informations relatives à votre nano-ordinateur, « Explorer » est un gestionnaire de fichiers assez complet alors que « Terminal » est une console très simple d’utilisation avec laquelle il est possible de sauvegarder l’historique des commandes tapées.

3. RaspiCheck

RaspiCheck ne permet pas, à proprement parler, de prendre le contrôle de votre Raspberry, mais c’est un petit utilitaire très simple et utile qui vous permet de surveiller les principaux paramètres de votre nano-ordinateur.

La configuration est identique aux deux applications que nous venons déjà de passer en revue. Néanmoins, notons que RaspiCheck permet de lancer et d’enregistrer des commandes ainsi que de redémarrer ou éteindre votre machine, mais sa fonction principale reste surtout de vous informer avec une multitude de données provenant du Raspberry Pi.

Se connecter à distance sur un Raspberry Pi avec VNC


Virtual Network Computing (VNC) est un bureau distant qui permet d’avoir le contrôle total de votre Raspberry Pi, à son environnement ainsi qu’à son shell, et ce directement depuis votre ordinateur de bureau, qu’il fonctionne avec Linux, macOS ou Windows.

Suivant vos projets, la connexion à distance depuis un ordinateur ne sera pas forcément nécessaire. La mise en place d’un serveur VNC trouvera surtout son utilité dans le cadre d’un projet de matériel embarqué, alors que votre Raspberry Pi n’est pas raccordé aux périphériques habituels que sont souris, clavier et écran.

Nous utiliserons ici un Raspberry Pi modèle 3 B+ (doté d’une puce Wi-Fi), ainsi que la dernière version du système d’exploitation Raspbian (Stretch 9.6), recommandée par la fondation Raspberry et relativement adaptée aux débutants.

Configurer le serveur VNC sur Raspbian

Pour utiliser VNC et prendre le contrôle à distance d’un Raspberry Pi, nous aurons besoin de configurer le serveur VNC du côté de notre nano-ordinateur et d’installer un client sur la machine qui aura pour charge d’en prendre le contrôle.

1. Activer le VNC sur un Raspberry Pi

C’est la commande sudo raspi-config qui va nous être utile pour activer VNC sous Raspbian.

Depuis l’interface de raspi-config, rendez-vous simplement dans Interfacing options > VNC et sélectionner « Oui » pour l’activer.
Vous pouvez également passer par le menu Préférences > Configuration du Raspberry Pi > Interfaces

Une fois activé, le logo VNC apparait en haut à droite du bureau, accolé aux habituels Wi-Fi et Bluetooth.

2. Installer un client VNC sur votre ordinateur

Maintenant que nous avons activé VNC sur la machine distante, nous devons installer un client sur l’ordinateur qui prendra le contrôle. Dans notre exemple, notre machine tourne sous Windows 10, mais comme vous pourrez le voir sur le site de RealVNC, le client est compatible avec de nombreux OS, macOS et Linux bien entendu, mais aussi avec Android et iOS.
La marche à suivre est rapide et simple.Téléchargez la version de VNC Viewer en fonction de votre système d’exploitation, puis installez le programme sur votre machine.

L’interface de VNC Viewer est on ne peut plus claire. Une fois lancée, il suffira d’entrer l’adresse IP de l’appareil distant, puis de renseigner vos identifiant et mot de passe. Cliquez sur « Continuer » pour accepter cette toute première connexion au serveur VNC.

Si vous ne connaissez pas l’adresse IP de votre Raspberry Pi, il vous suffit de lancer la commande ifconfig dans le terminal pour la récupérer. Vous retrouverez également cette adresse IP en cliquant sur le logo Real VNC sur le bureau. Bien sûr, assurez-vous que votre ordinateur et votre Raspberry Pi soient bien connectés sur le même réseau.

Et c’est tout ! Nous voici maintenant connectés à distance à notre Raspberry Pi après moins de cinq minutes de configuration sur nos deux machines.

Visits: 2